Conseils et informations sur le bilan carbone

mardi 25 mai 2010

Bilan Carbone et GES

De Paris à Lille, en passant par Strasbourg, ma vie de consultant Bilan Carbone m'amène à rencontrer des clients sensibles à l'environnement et curieux d'en savoir plus sur les gaz à effet de serre (GES).

Les GES présents dans l'atmosphère sont nécessaires à l'équilibre planétaire car ils absorbent les rayonnements des infrarouges émis par la surface de la planète. C'est l'augmentation de leurs concentrations par l'activité humaine qui perturbe cet équilibre et qui contribuerait au changement climatique.

Il y a donc deux grandes familles de GES, ceux qui existaient avant l'activité industrielle (naturels) et ceux qui découlent directement de l'activité humaine (artificiels) :

Les Gaz à Effet de Serre naturels sont :
- l'eau présente dans l'atmosphère (H2O) représente les 3/4 de l'effet de serre total
- le gaz carbonique ou dioxyde de carbone (CO2) qui provient des combustions
- le méthane (CH4) qui découle des anaérobies ou pyrolyses des molécules organiques
- le protoxyde d'azote (N2O) qu'on utilise dans les anesthésiants, comme carburant de fusée ou dans les engrais azotés
- l'ozone (O3) qui se développe lors des mauvaises combustions des véhicules ou des feux de forêt

Les principaux GES artificiels sont des halocarbures (molécules portant un halogène) :
- les hydrochlorofluorocarbures (CHCIF2) ou couramment nommés R22, employés dans les climatiseurs
- les chlorofluorocarbures (CFC) qui étaient appliqués dans les aérosols et détruisent la couche d'ozone
- l'hexafluorure de souffre (SF6) utilisé entre autres dans les applications électroniques
- le tétrafluorométhane (CF4) ou R14 qui est un gaz réfrigérant et manié également dans le milieu de l'électronique

Tous ses gaz ont des impacts différents sur le phénomène d'effet de serre en fonction de leur durée de vie dans l'atmosphère et de leur forçage radiatif (c'est à dire l'impact ou la "puissance" qu'a un GES sur l'effet de serre).

Source : D. Hauglustaine, LSCE



Afin de faciliter la comparaison entre les différents gaz, les scientifiques ont mis en place un indicateur, par nature approximatif : le Pouvoir de Réchauffement Global (PRG), généralement exprimé sur 100 ans, avec comme référence le PRG du dioxyde de carbone (CO2).
Avec le PRG, il est facile de constater qu'1 tonne de protoxyde d'azote (NO2) rejetée dans l'atmosphère a le même impact qu’environ 300 tonnes de CO2 et y séjournera 120 ans.




Nota : pour obtenir le résultat en équivalent carbone, et étant donné qu’il y a 272,2 grammes de Carbone dans un kilogramme de CO2 : PRG équivalent carbone : PRG équivalent CO2 x 0,2727

L’atmosphère est un système très complexe, et l’élimination des gaz à effet de serre se fait soit par réaction chimique (photosynthèse du CO2, réaction avec les radicaux hydroxyle pour le méthane (CH4) qui se transforme en CO2 par exemple), soit par des rayonnements qui peuvent « casser » les molécules des halocarbures.
Seule l’eau est refoulée de façon physique par la pluie en quelques jours. C’est pourquoi son incidence sur l’effet de serre est considérée comme négligeable et n’intervient donc pas dans l’étude du Bilan Carbone d’une activité.

C’est pourquoi il est essentiel d’agir rapidement sur nos émissions de gaz à effet de serre : le phénomène d’inertie de nos gaz rejetés est très important et va perdurer de longues années !

2 commentaires:

maud Sarazin a dit…

Bonjour,

Pour aller plus loin sur le "bouclage" du cycle du carbone j'aurais aimé savoir quelles étaient vos sources pour les réactions de transformation des méthanes et autres N2O. En effet j'ai pas mal étudié le cycle via les végétaux (CO2) étant donné ma formation ; par contre ces autres transformations sont en général moins bien documentées. Si vous avez notamment des sources pour les molécules artificielles car j'aimerais savoir si leur retour sous forme inorganique peu faire appel à des organismes du sol ou des végétaux.

Merci

P.S.juste un petit commentaire pour signaler une petite faute de frappe l'eau s'écrit H2O. Le H2 n'a je pense aucun impact sur l'effet de serre à ma connaissance.

Carbone 11 a dit…

Bonjour Maud,

Voici quelques liens sur le sujet

http://www.fao.org/docrep/w7241e/w7241e0f.htm
http://en.wikipedia.org/wiki/Digestive_systems
http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/XML/db/planetterre/metadata/LOM-methanogenese.xml

http://www.inra.fr/la_science_et_vous/dossiers_scientifiques/changement_climatique/comprendre_les_mecanismes/protoxyde_d_azote_n20
http://www-lgge.ujf-grenoble.fr/doctorat/these-bernard.pdf
http://www.numilog.com/package/extraits_pdf/e271163.pdf

ps : merci d'avoir vu l'erreur de saisie. Votre connaissance est bien juste : le H2 n'est pas une GES

Enregistrer un commentaire