Conseils et informations sur le bilan carbone

mardi 18 mai 2010

La Taxe Carbone est morte ! Vive la Taxe Carbone !

Après l'échec de Copenhague, le 1er ministre français a annoncé l'abandon de la taxe carbone par le gouvernement, souhaitant mettre en place une taxe au niveau européen. Bonne ou mauvaise nouvelle ? Les avis sont partagés...

A première vue, une taxe en moins est une bonne nouvelle tant pour les entreprises que pour les particuliers. Dossier clos, nous passons à autre chose.

A moyen ou long terme, la vision peut être légèrement voire totalement différente : dans le monde, l'énergie provient du pétrole (35%), du gaz (20%) et du charbon (25%). En France, nous n'avons pas de pétrole, mais des idées...

Nous nous sommes tournés vers le nucléaire qui est très faiblement émetteur de gaz à effet de serre ou GES (ce n'était bien sûr pas la raison de ce choix...). Bien que cette option nous permette de substituer une partie des énergies fossiles, nous restons encore très dépendants des hydrocarbures. Or, les hydrocarbures se font rares, et donc chers. Cette tendance va s'accentuer au cours des prochaines années. Cette inflation des coûts des matières premières sera forcément répercutée sur les prix des produits que nous achetons au quotidien.

Quoi qu'il en soit, dans un futur plus au moins proche nous serons dans l'obligation de payer. Plus nous patientons avant de réagir, plus le choc financier sera dur. 

C'était là l'intérêt de la taxe carbone : le fait de payer nos rejets de CO2 nous obligeait à modifier notre mode de vie et notre mode de consommation en faisant attention à nos dépenses. Je pourrais citer l'exemple de l'augmentation rapide et imparable du baril de brut en 2008 qui a forcé beaucoup de personnes à modifier leur mode de transport, changeant, pour certains, leurs habitudes.

Sans entrer dans la politique, cette situation est similaire à celle de la retraite en France. Depuis de nombreuses années, nous savons qu'il serait de plus en plus difficile de financer les retraités. Depuis de nombreuses années, il est possible d'anticiper cette situation. Mais comme les réformes étaient politiquement incorrectes, les gouvernements ont défilé, laissant gérer la situation au gouvernement suivant... et ainsi de suite... Aujourd'hui, quasi au pied du mur, la réforme sera d'autant plus difficile et incompréhensible par la population...

L'augmentation du prix du pétrole de 2008 illustre bien la situation que nous risquons de vivre dans les prochaines années. La taxe carbone devait nous inciter à faire évoluer nos comportements en anticipant le futur énergétique au lieu de la subir dans les années à venir...

Attendons de voir ce qui se fera au niveau européen !

3 commentaires:

maud Sarazin a dit…

Bonsoir,

Je suis tout fait d'accord avec le fait de vouloir sensibiliser en touchant au porte feuille pour mimer les effets futurs de la pénurie des énergies fossiles mais je pense que cette taxe n'aurait pas eu d'effet sur tout le monde.
Les personnes qui sont locataires ou qui sont obligées d'habiter loin de leur lieu de travail n'ont pas toujours la possibilité de changer leur moyen de chauffage ou de déplacement.
Donc, cette taxe n'aurait pas eu l'effet escompté :
ni sur les personnes qui peuvent se permettre la dépense supplémentaire éventuelle,
ni sur les personnes qui ne peuvent pas changer de mode de vie face à la taxe.

C'est pourquoi le gouvernement avait créé l'usine à gaz (sans l'effet de serre ce coup ci) consistant à rendre un chèque équivalent aux dépenses moyennes? attendues? je ne sais plus.

Enfin cette taxe et son chèque auraient-ils vraiment eu un impact significatif sur la population qui semble se demander comme je l'ai entendu l'autre jour à la télévision
"pourquoi c'est nous qui nous serrons encore la ceinture alors que les plus gros émetteurs sont des entreprises dont nous ne pouvons pas voir les progrès ?"

Cette taxe pourrait peut être s'associer à un appel aux propriétaires louant leur biens pour les soutenir dans la lourde tâche d'améliorer la qualité thermique de leur biens.

Il est sûr qu'au niveau européen, étant donné la disparité des mesures prises au niveau environnemental, nos gouvernants vont avoir fort à faire pour trouver un point de vue unifié.

Carbone 11 a dit…

Merci Maud pour ce commentaire pertinent.

Je suis en partie d'accord avec vous. Il évident que les gens ayant les moins de moyens devaient encaisser cette taxe supplémentaire. Toutefois, je crains que dans le futur cette charge sera malheureusement encore plus importante pour eux.
Une étude dévoilée cette semaine confirme que le nombre de ménage consacrant plus de 10% de leur budget uniquement pour les énergies (chauffage, transport...) augmente de façon importante.

Où je vous rejoints complètement, c'est sur la répartition de la taxe sur les différents acteurs. Le gouvernement a effectivement monté une usine à gaz (bien sans les GES...) : une bonne partie des entreprises les plus polluantes en France en était exonérée, redistribution sous forme de chèque pour les foyers les plus démunis, etc...
C'est très certainement à cause de ce montage inégalitaire (couplé à une communication chaotique) que le ressenti (justifié ou pas) de la population ne pouvait qu'être négatif.


En tout état de cause, en Europe nous connaissons des pays qui usent d'une taxe carbone depuis plusieurs années avec des résultats qui permettent de croire que cette mesure est viable pour l'ensemble de la population d'un pays ou encore à l'échelle européenne.
Il faut effectivement espérer que l'accord européen ne sera pas en demi-mesure, histoire de lisser les disparités des différents états. Mais je pense que nous aurons le temps de voir venir les choses.

montres Hugo Boss a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

Enregistrer un commentaire