Conseils et informations sur le bilan carbone

mercredi 22 septembre 2010

Le Bilan Carbone de l'eau en bouteille !

L'eau en bouteille : un "super marché" !

La France est le premier producteur mondiale d'eau en bouteille et les français sont de très gros consommateurs avec 200 litres par personne et par an, représentant un marché d'environ 10 milliards de bouteilles d'eau en plastique. Une moitié est recyclée et le reste se trouve enfouie sous terre, sachant qu'elle met 600 ans pour se désagréger...



Le parcours de nos bouteilles après notre consommation

Une bouteille d'eau est composée de deux types de polymères : le bouchon qui demande une certaine résistance est en polyéthylène haute densité (PEHD), alors que le corps, translucide et léger est en polyéthylène téréphtalate ou PET.
Les centres de tri où nous envoyons nous bouteilles les compactent en ballots pour les expédier dans des usines de régénération. Les ballots des bouteilles sont broyés, puis réduits en paillettes. Ensuite, pour séparer les deux polymères, les paillettes sont plongées dans l'eau où le le PET coule et le PEHD reste à la surface de l'eau.
Ainsi, chaque polymère est envoyé dans différentes usines pour le recyclage à proprement parler : par exemple, le "PET bouteille" peut être utilisé pour la fabrication de "PET fibre" pour des couettes ou anoraks, alors que le PEHD peut servir à la fabrication de bacs à fleurs ou de poubelles.

La réutilisation des polymères semble être la solution la plus intéressante au niveau écologique et permet d'éviter la production équivalente de nouveau PET.

L'incinération : un procédé catastrophique !

L'incinération (même couplée à la production d'électricité) quant à elle, présente un bilan carbone catastrophique, en raison des quantités importantes de CO2 libérées directement dans l'atmosphère. A tel point que certains chercheurs préconisent l'enfouissement.

La bouteille végétale : une solution à creuser...

Une solution serait la conception de bouteille en plastique à partir de végétaux (granules de polyactides issus de maîs et de pomme de terre), comme le propose la société Vegetal & Mineral Water en collaboration avec le ESIEC (Ecole Supérieure des Ingénieures spécialistes en emballages). Cette bouteille en bioplastique (PLA) ne mettrait qu'une année pour se désagréger.
Toutefois, une partie de la communauté scientifique émet des doutes sur cette démarches pointant le fort dégagement de méthane (CH4) lors de sa décomposition...

Bref, en déplaise aux fabricants d'eau minérale, le meilleur moyen pour freiner la production de bouteilles d'eau en plastique reste de consommer simplement l'eau du robinet. Car en France, l'eau du robinet est potable, c'est à dire propre à la consommation ! 

Et parfois, on semble l'oublier...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire