Conseils et informations sur le bilan carbone

mercredi 30 juin 2010

Le Bilan Carbone du pétrole

Un des apports positifs d'un Bilan Carbone est la réduction de sa dépendance aux ressources fossiles, dont le pétrole.

L'explosion de la plate-forme de British Petroleum (BP) du 20 avril dernier tuant 11 personnes et l'immense marée noire qui s'étend dans le golfe du Mexique nous rappellent l'impact du pétrole sur l'environnement !

Alors pourquoi l'homme emploie autant d'énergie pour extraire cet "or noir" et d'où provient-il ?

Le pétrole fait partie de notre quotidien et bon nombre d'objets qui nous entourent sont issus de cette matière première. Une majorité du pétrole transformé nous sert pour nos déplacements (essence, gazole..) ou encore à nous chauffer (fioul).

En usant de différentes techniques de purification, le pétrole entre dans la confection des matières plastiques (sachets plastiques, revêtements de meubles, automobile, ordinateurs, ustensiles de cuisine...). Les alcools dérivés du pétrole sont utilisés dans l'industrie cosmétique : shampoings, crèmes, parfums, produits de beauté ou  maquillage. Le secteur pharmaceutique exploite de son côté le pétrole pour la fabrication de médicaments comme l'aspirine ou la paraffine.

L'origine du pétrole (et du gaz naturel) que nous extrayons aujourd'hui remonte à plusieurs millions d'années. Sa racine provient d'innombrables organismes vivants (animaux, végétaux) qui se déposent au fond des océans et des lacs où ils sont recouverts, avec le temps, par de la boue et du sable.
En absence d'oxygène, les matières organiques piégées dans les sédiments minéraux poreux vont être transformés par des bactéries en un composé solide appelé kérogène. L'ensemble s'appellera la "roche mère".

En continuant à s'enfoncer vers le centre de la Terre, la "roche mère" va subir une augmentation de température. A partir de 50°C (ou plus selon les conditions), elle va subir une décomposition thermique : le kérogène va d'abord laisser échapper de l'eau et du CO2, puis des hydrocarbures (le pétrole) et enfin du gaz naturel. Plus la "roche mère" descend en profondeur, plus la proportion de gaz naturel sera grande.

Sous l'effet de la pression provenant notamment des gaz et du fait que le pétrole soit plus léger que l'eau, il va remonter vers la surface de la Terre. La progression de cette migration va se dérouler jusqu'à que le pétrole rencontre une roche imperméable qui va la piéger. L'accumulation du pétrole dans le piège va créer un réservoir de pétrole, que l'homme exploite à plus au moins grande profondeur.

Si la migration n'est pas stoppée par une roche perméable, le pétrole peut s'élever jusqu'à le surface de la planète. C'est le cas des sables bitumineux de l'Athabasca au Canada.

Le pétrole est donc d'origine naturelle et sa formation provient d'un très long processus. C'est pourquoi, bien qu'indispensable de nos jours, il est essentiel de préserver cette matière première en la substituant par d'autres solutions alternatives. Les avis divergent, mais il semble que le pic pétrolier sera déroulera dans les vingt prochaines années.

N'hésitez pas à donner donner votre avis, nous serons ravis d'ouvrir le long débat sur le pétrole ici !

lundi 14 juin 2010

Vers un meilleur Bilan Carbone avec 10:10

La campagne est lancée en France depuis le 5 juin 2010. Si vous n'êtes pas encore au courant, nul doute que vous entendrez parler prochainement.

Mouvement initié au Royaume Uni en septembre 2009, 10:10 convie toutes personnes morales ou physiques à réduire volontairement de 10% ses rejets de gaz à effet de serre (GES) sur une période de 12 mois.


La campagne a été reprise en France par la fondation GoodPlanet reconnue d'utilité publique fondée par Yann Arthus-Bertrand. Une grosse campagne de communication (Facebook, télévision, journaux...) a été mise en place pour inviter le maximum de personnes à y participer avec une idée simple : "chacun peut agir pour la planète et c'est facile. Chacun porte en lui une partie de la solution".

Pour cela, il suffit de s'inscrire sur le site Internet dédié et de vous laisser guider en fonction de la catégorie que vous représentez (particuliers, entreprises, collectivités, éducation ou autre).

En tant que consultant en Bilan Carbone, c'est donc tout naturellement que je rejoins cette démarche positive et apolitique afin de faire évoluer nos rejets de gaz à effet de serre dans le bon sens.

Je ne doute pas que vous allez m'accompagner !! N'est-ce pas : )

jeudi 3 juin 2010

Le Bilan Carbone des éco-barons

Ils sont aussi riches que discrets et mettent leur fortune au service de l’environnement. Voilà les points communs entre ceux qu'on appelle les éco-barons. Si en tant que consultant carbone, je devais faire leur Bilan, il y a de forte chance que ces milliardaires présenteraient d’excellents résultats !

Un des précurseurs de cette vague fut John D. Rockfeller Junior qui acheta de multiples terrains aux Etats-Unis pour créer des parcs nationaux dans le but de préserver la virginité de l’Amérique. D’autres capitalistes persuadés de l’importance de la préservation de nos terres ont pris le relai depuis.

Depuis maintenant 10 ans Roxanne Quimby a acheté 40 000 hectares de forêts. Elle souhaite acquérir 80 000 hectares pour pouvoir doubler la superficie du Baxter State Parc (le plus grand parc naturel du Maine) en léguant les terres. «Je fais cela uniquement pour ma satisfaction personnelle : celle de me dire que j’ai laissé la planète en meilleur état que je ne l’ai trouvée et que ma vie s’est pleinement accomplie», déclare-t-elle.
Fatiguée par le rythme du business, Roxanne Quilby empocha 400 milions de dollars en vendant les parts d’une société spécialisée dans des produits de beauté naturels.

Le groupe Richemont ne vous dit peut être rien. Le deuxième acteur mondial de l’industrie du luxe, dirigé par Johann Rupert a dans son portefeuille des marques prestigieuses comme Cartier, Lancel, Dunhill ou Montblanc. Sa famille est la deuxième fortune d’Afrique du Sud et doit cette richesse à son père qui développa l’empire du tabac Rothmans puis s’est diversifié dans les mines et la banque. A la fin de sa fin, ce dernier se rapprocha des « Noirs » et pris la tête de la WWF. Il estima que les parcs n’avaient un avenir que si la communauté s’y investissait pleinement. C’est pourquoi la famille a offert un parc naturel de 20 000 hectares au pays et finance en parallèle une école de formation des métiers de l’éco-tourisme.

De son côté le milliardaire suédois Johan Eliash, ancien conseiller pour l’environnement du Premier ministre Gordon Brown, a une vision plus terre à terre. Le propriétaire de la marque de sport Head a souhaité rentabiliser l’achat des 200 000 hectares de forêt amazonienne pour 12 millions d’euros, en vendant des permis d’émission aux entreprises qui ont besoin d’équilibrer leur Bilan Carbone. Dans notre monde où la préoccupation du réchauffement climatique s’intensifie, le carbone est devenu une marchandise qui s’échange en bourse.
Le président Lula en personne dénonce ce néocolonialisme, mais Johan Eliash défend sa vision opportuniste en considérant que ceux qui achètent des forêts pour les protéger doivent y trouver leur compte.

Le milliardaire MC Davis qui, parti de rien, finança ses études en jouant au poker, a acheté 20 000 hectares de nature sauvage dans le nord-ouest de la Floride et s’est promis de redonner à la nature son aspect initial avant l’arrivée de la civilisation. Son action a déjà empêché la construction d’immenses complexes de tourisme avec piscine et terrain de golf. Il injecta 100 autres millions pour construire un musée qui a pour objectif de sensibiliser la nouvelle génération à la protection de l’environnement. Et il ajoute simplement : « La démographie galopante et le maintien de la biodiversité ne peuvent aller ensemble. Je suis contre la croissance démographique, nous n’avons pas besoin d’être plus nombreux sur terre ».

En France, on peut noter qu’Etienne Bourgeois et sa mère, la styliste Agnès B, mettent la goélette Tara au service de la recherche scientifique.

Et vous, avez-vous connaissance d’autres éco-barons, personnages discrets mais au service de la nature ?

mardi 1 juin 2010

Le Bilan Carbone de la FFT

En tant que consultant en Bilan Carbone, il est toujours agréable de noter les efforts que font certains organisateurs d'événements dans ce domaine : à Paris, pour le tournoi du Grand Chelem de Roland Garros et à Strasbourg pour le tournoi des Internationaux de Strasbourg.

Depuis 2008, Roland Garros, un des tournois de tennis les plus prestigieux de la planète, fait son Bilan Carbone pour mesurer les Gaz à Effet de Serre émis lors de la quinzaine : 156 000 tonnes d'équivalent CO2, soit les GES annuels de 20 000 Français. 95% des rejets proviennent des déplacements, dont ceux des 400 000 spectateurs.

Mais bien au-delà du chiffre, c'est la mise en place de différentes initiatives pour réduire ces rejets qu'il est important de souligner, avec fort logiquement des actions concentrées sur les déplacements. La Fédération Française de Tennis (FFT) incite le public à venir au tournoi avec des moyens de transport doux, comme les transports en commun (bus, métro..), la mise en place de stations Vélib' provisoires, voire même la création d'un site Internet pour le co-voiturage dédié. Les officiels et les joueurs ne sont pas en reste car leurs chauffeurs ont été formés à l'éco-conduite.

D'autres initiatives ont été développées : dans les allées de la Porte d'Auteuil, des poubelles à tri sélectif ont fleuri. Et pour éviter des les remplir trop vite, les organisateurs proposent des gobelets réutilisables consignés pour un euro supplémentaire (à conserver comme souvenir ou à restituer). Naturellement, l'ensemble des supports papiers (programme, guide du spectateur...) sont imprimés sur du papier recyclé. Plus insolite peut être, les panamas offerts aux invités de marque pour se protéger du soleil ont été fabriqués en papier recyclé et coton biologique. Les serveurs et matériels informatiques ont été réduits au stricte minimum.

Quant aux 60 000 balles jaunes utilisées lors de la compétition, la FFT a développé l'opération balle jaune au niveau national et Roland Garros y participe aussi. Les balles seront broyées pour être recyclées en revêtement de salle de sport offert à des associations et à des centres de rééducation pour personnes handicapées.

Aux Internationaux de Strasbourg (IS), la démarche est beaucoup plus récente, mais la volonté est bien présente. Cette année, le premier Bilan Carbone du tournoi expose des rejets supérieurs à 1000 tonnes d'équivalent CO2. La ventilation de ce résultat (là aussi le transport est très important) permettra une réflexion sur les pistes d'amélioration pour la prochaine édition. Le Bilan Carbone des IS découle d'une charte de développement durable que les organisateurs ont élaboré : évaluer l'ensemble des impacts environnementaux du tournoi, les réduire et sensibiliser l'ensemble des acteurs à la problématique.

Nul doute que le Fédération Française de Tennis est le moteur de ces offensives environnementales qui sensibilisent positivement le public.

Qu'en pensez-vous et connaissez-vous d'autres fédérations sportifs qui vont aussi loin de leur démarche ?